menu icon menu icon close
Autumn 2020

The Excesses of French Jews/Scroll Down for Original in French

An analysis of two books on the place of the Israeli-Palestinian conflict in French discourse and society.
I

t is an unusual state of affairs when two essays that address the same topic oppose each other, in that one is the symptom of a pathology that the other diagnoses. In the role of the malady is the pathological place that the Israel-Palestine conflict has taken in political discourse and the public sphere in France—a fact which both authors agree on and which constitutes, if you will, the narrowest common denominator shared by the two books. In the role of the symptom which imagines that it is a cure is Pascale Boniface’s book; in the role of the diagnosis, precise and sometimes painful, is Danny Trom’s. I will try to defend the idea that Trom’s thesis, which makes it possible to understand the facts in a more coherent and theoretically solid way, is thus intellectually preferably to Boniface’s.

Pascal Boniface is director and founder of the French Institute for International and Strategic Affairs (IRIS), and teaches at the University of Paris VIII. La France Malade du Conflit Israelo-Palestinien

was published in 2014 by the Catholic publishing house Salvator. An “author’s warning” informs the reader that the book was supposed to have been published by Editions Robert Laffont, a larger publishing house, but “censorship” and a “cowardly act” stopped this from happening. He then depicts the publication of his book as an act of intellectual courage in the face of censorship directed at pro-Palestinian authors and thinkers like himself.

The presumption of good faith means that one should not attribute to ill will that which could be explained more easily by other factors. The latter are not lacking. We can thus suppose, instead of pro-Israeli censorship, a refusal based on certain of the book’s characteristics. Its general tone of pettiness, for example, or its obsession with the “establishment” Jewish intellectuals, including Bernard-Henri Levy, Alain Finkielkraut, and Alexandre Adler. He lumps them all together as “defenders of Israel,” despite the deep differences between them. There is also a mania for name-dropping and personal anecdotes that are less telling than the author thinks; an excessive number of unattributable conversations and other questionable sources (Twitter conversations, numbers of subscribers, lists of comments from the now-defunct French-speaking community site JSS News. Citing the JSS, in particular, is a bit like citing an Islamist site while presenting it as representative of the Muslim community in France); mistakes with names that are more than mere typos (the terrorist Baruch Goldstein is bizarrely rebaptized Luc Hosltein, or a “Jorg Haiden,” for Jorg Haider.

All of this highlights that Boniface, who does not speak Hebrew, can only engage with the realities of Israel second- or third-hand. Meanwhile, he describes Alain Soral, an antisemite and conspiracy theorist who has been repeatedly condemned in court for inciting racial hatred, as a simple “writer,” while Jacob Cohen, an openly antisemitic conspiracy theorist and proud Soralian, is listed as a “68-year-old writer, a Jew, very critical of Israel.” These charitable descriptions tell their own tale.

“Why, after having hesitated for a long time, did I decide to write this book?” Boniface asks in the first chapter. He then outlines his thesis, which can be summarized as follows: France is sick with the Israel-Palestine conflict. The Jewish community is to blame for this, because it advances a right-wing Zionist agenda, and uses accusations of antisemitism to do so. This only increases antisemitic feelings among a population that would be ready to fight against antisemitism if only the Jewish community stopped demanding that people support Israel unconditionally. What prevents social harmony in France is the Israel-Palestine conflict and the unconditional support of French Jews for Israel.

To emphasize this point, the title of the book’s second chapter is “Do not make Israel a barrier between the French.” Boniface continues: “A large part of the French population is not fooled by this trick. And what they perceive, in an often-exaggerated way, as a reverential fear of elected officials and community leaders, arouses a certain bitterness and sometimes even more troubling feelings.” Or: “The unconditional supporters of Israel think that this strategy is paying off. They manage to minimize the expression of negative judgments about the Israeli government as much as possible. At least in public. Because in private conversations speech is freer. Even if it means sometimes skidding and crossing the limit of anti-Semitism, I admit it.” And finally: “They are helping to irritate many non-Jewish Frenchmen tired of such arguments that no longer deceive many people.” This reversal—that the Jews and their “little tricks” are the cause of real antisemitism, presented in terms of exaggeration, of going off course, and altogether of an understandable reaction—is the central argument of the book.

Pascale Boniface says he has endured accusations that he is an anti-Semite, denies being one, and I believe him. It nonetheless seems that we can say, and even show, that some of his ideas constitute a blank check for a genuinely antisemitic discourse—all the while being symptomatic of the relationship between France and its Jews, as Trom conceives of it in his book. There is, at the heart of Boniface’s text, an unfalsifiable device which circumvents in advance all criticism. To say that his views are problematic is to find oneself from the outset on the side of the blackmailers, which has the value of significantly simplifying matters, maybe to the detriment of the truth. Critique of Israel’s politics is an obvious right; but in reality, it is not at all the denial of this right that is at stake in France but something else entirely, which Danny Trom names more aptly: the injunction incumbent upon the Jews to renounce a sovereign shelter to complete the European project.

Danny Trom is a sociologist and researcher at the French National Center for Scientific Research (CNRS) and a member of l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).

France Without the Jews: Emancipation, Extermination, Expulsion, published by the Presses Universitaires de France, appeared after his more imposing and theoretical work – sadly not available in English – Persévérance du fait juif. Une théorie politique de la survie, Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, coll. Hautes études, 2018 (The Persistance of the Jewish Problem” A Political Theory of Survival). The latter is a theoretical treatise drawing from political philosophy and classic Jewish sources to argue the foundational thesis that vertical alliance was the politics of survival for the Jewish people. Transactions with higher echelons of power afforded an exempt status to the protected Jews (fleeting and fragile) from hostile popular classes. Modernity, with its principle of the equality of all citizens, signaled the end of this system of protection—but without, however signaling the end of hostility towards the Jews. France without the Jews recalls Jean-Claude Milner’s The Criminal Leanings of Democratic Europe, to which Trom pays homage. His thesis is that Europe was founded on crime and defeat, but presents itself as being based on peace and enlargement. Two gestures accompanied this birth, the admission of its crime, and the renunciation of Westphalian politics: “Universal converter of threatening strangeness into rewarding otherness. Nothing is foreign to Europe: it absorbs everything and assumes everything outside as what is always already included in itself.” Israel, in this context, is a stumbling block and an unbearable anachronism. Europe cannot forgive the Jews, avant-garde cosmopolitans when everyone was nationalist, for becoming nationalists (with borders and an army) now that Europe has become cosmopolitan. Thus, Israel has become synonymous with the Criminal State. The pathological insistence with which Israel is turned into the new Nazi-States, and the Jews into the new kapos, can only be understood through the need to level out the scandal. Europe demands that Israel confess its crime: Admit you are like us! But at the same time, it demands of the Jews of Europe: Give up your shelter!

Trom’s genius is to understand that the excesses or even crimes of Israeli policy are not really at stake in the French debate, which is why he devotes very little space in his work to an analysis of Israeli policy or the history of the Palestinians. What raises questions, and causes suspicion towards French Jewry, is the visceral and seemingly incomprehensible attachment of the great majority of Jews to Israel’s existence. He rightly asserts that “this relationship is described less as an assertive posture, theoretically founded, than as an experience, the expression of which, moreover, only a crisis can force. This experience was revealed during the Six-Day War in June 1967, when a panic fear suddenly seized many Jews of the diaspora, often little interested in or even hostile to Zionism, following the example of Raymond Aron and Hannah Arendt.” This moment in 1967, very well analyzed in isolation from their intellectual histories, would reveal the true place of Israel in the life of non-citizen Jews: that of a ‘just in case’ shelter.

The title France Without the Jews can be understood in two ways. On the one hand, it is a diagnosis of what France would be without its Jews. On the other hand, it is an allusion to the words of former prime minister Manuel Valls: “France without Jews would no longer be France.” This prompts the thought: why only the Jews? Would France without Muslims or another demographic group remain France? Or worse: would it be an “even better France?” This recalls the shocking remark by the late French politician Patrick Devedjian that Germany “took our Jews and gave us Arabs.” Trom rejects this discourse, which still exists on the right of the political spectrum. “It is not that the Jews have ‘always’ been present on the territory of the Kingdom of France, but rather that they are somehow part of the terroir; otherwise, the formula ‘Without the Camembert, France would no longer be France’ would be the equivalent. It is not even that French-Jews or Jewish French contributed to the intellectual, economic, and artistic influence of France in proportions that it is inappropriate to want to measure in the Republic, but rather that the Jews have been a central group in the process of self-definition of republican France since the French Revolution. Any attempt to dissociate France from the Republic has also taken the form of hostility toward the Jews, as evidenced by the Dreyfus affair and then the Vichy regime. The Jews are therefore an operator in the intermingling of France and the Republic.”

A second reading of the title relates to Jewish emigration from France. The numbers are still relatively small, but the trends are unprecedented and undiminished. However, this departure not only does not cause worry, but—and this is the last terrible sentence of the essay: “The Jews are leaving, but it is not seen because it does not matter. The departure of the Jews discreetly closes a long historical sequence, already confirmed in Europe.”

Boniface argues that the emigration of the Jews is the result of propaganda and moral panic organized from afar by Israel and then relayed by the Jewish communal establishment. A shame, since so little is needed for them to be well. So little.  By contrast, Danny Trom argues that “The Jews are not pushed to the exit by some fanatical Islamists but by the soil on which they thrive.” What is this soil made of? It has developed in certain areas of France, but also in areas of thought; a culture of resentment towards the Jews which has absolutely nothing to do with Islam, however radical it may be. A despicable undercurrent can be heard in the French political discourse, and it sometimes has the approval and support of certain Jews: Islam is the source of antisemitism. Trom dismantles this prejudice by describing instead the emergence of a “subculture of resentment.” The end of the hegemony of the French Communist Party as the force structuring social life and the liberation of the working class—including immigrants—in the late 1980s allowed a free run for an intellectual void and the proliferation of conspiratorial victim discourses; this turned Jews into the victims who occupy the highest place on the victimhood scale, since their status as victims is not denied, contrary to the damned of the earth.

It is this background of resentment which pushes the Jews to leave. What is it made of? “It is made up of all possible variations of the slogan ‘double standards’… Within ‘double standards’ lies this complaint which makes itself heard and felt with ever more insistence and aggressiveness as immigrant populations do not have what the Jews have, and if the Jews have it, it is because they acquired it unduly to the detriment of those who lack it.”

This diagnosis accurately characterizes the arguments in all of its forms and across the entire gamut presented by Pascal Boniface, which generally can be classified into two groups: the comparison (two events compared and a claimed difference in treatment); or the counterfactual (if they were Jews, the outcome would have been different). A striking example is the list of Islamophobic acts which Boniface punctuates—rightly—with the same refrain: the Jews enjoy protection of power which is not granted to others who are discriminated against.

This logic, based on a basic and universal ethical intuition which demands that every equivalent act be judged in the same way, suffers from a lack of simplification. As far as I know, Islamophobic acts in France, which must not be denied and should be fought against, are not the fault of the Jews. Boniface himself concedes: “Oddity: The State is involved in a large proportion of Islamophobic acts, with officials implicated in 39% of the cases identified.” And yet, since France betrayed its Jews in Vichy, antisemitic acts in France have not implied structural antisemitism in France. These antisemitic acts come from the base, not from the top of the pyramid. There are two sources of antisemitism: Neo-Nazi far-right circles, which though active have not killed since WWII, and Arab-Muslim circles which, have for several decades killed Jews as Jews. If there are double standards, it is not the Jews who should be blamed, but rather a certain political discourse which uses the fight against antisemitism as a cover for Islamophobia.

One objection to Trom, which is made by Pascal Boniface, concerns the existence of Jewish pro-Palestinian intellectuals, who are invariably the target of harsh attacks from the Jewish community. Should we deny their Jewish character? Certainly not! A possible answer to this objection is, paradoxically, found in Boniface’s book, and in the unequal treatment, he reserves for two nevertheless comparable phenomena. On the one hand, “community bodies defend Jews only if they are defenders of the cause of Israel and its government. If a Jew is critical of it, they are accused of being a self-hating Jew, but in no case will they be supported by any official Jewish institutions”. On the other hand, he writes harshly about Imam Chalghoumi. An admittedly questionable character, Chalghoumi gained media attention for his clear stance on Muslim antisemitism, and has a certain intellectual softness which makes him the “good moderate imam”: undoubtedly an ideal spokesperson for the French Islam for many, in contrast to the dangerous Salafist imams. With dubious authority, Boniface denies Chalghoumi the earned honorific of Imam by putting quotation marks around the title. He goes even further, depicting Chalghoumi as a media puppet for whom CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) has reserved “Hollywood treatment.” “He is in no way representative of Muslims. It is the media and some politicians who designate him as such. Hence a great discomfort causing rejection, Muslims refusing to be assigned by non-Muslims a representative they do not accept … Chalghoumi is what American sociology calls a ‘native informant,’ these figures who occupy the voice of a community whose support they do not have but which derive their legitimacy from the media and the dominant political circles.”

Why does Boniface deny the possibility that the imam is sincere and independent, while at the same time glorifying (and rightly so) those anti-Zionist Jews who dare to assert themselves against the dominant orthodoxy? It is one standard for Muslims and another for the Jews. These transparent double standards are the result of a form, no doubt unconscious, of Orientalism. The Muslims are right to attack marginal members of their community or those whose positions are bad for the majority, but not the Jews, who should reject this group identity. To understand this difference, it is necessary to name the idea which is assumed and sometimes stated clearly in the book: the Jews are not a real minority in France. They may be a small portion of the population but they are a majority in the media and finance or even among the intelligentsia. In the same way that the police and the organizations differ on the numbers of protestors, the majority of the Jewish community does not experience their position as dominant, nor experience the public sphere and the media as pro-Israeli. Much to the contrary.

This is where Danny Trom’s book helps us understand Boniface’s. The unbearable CRIF dinner, where a parade of politicians reassure a worried Jewish community, the demands for protection (which are at the heart of Boniface’s criticism)—these are not proof of preference or unequal treatment, nor submission to Zionist political power. They are archaic remains at the very heart of the modern democratic system of the Jewish Vertical Alliance with power. Outbursts are born in fear and anguish.

Thus, the excess of the Jews of France. Excess as an exaggeration, thoughtlessness, mismatch of a model of relations with the state, derived from premodern patterns. Excess also as in what exceeds, annoys, irritates. And finally, excess as what goes overboard, exudes and leaves in exodus.

*Pascal Boniface, La France Malade du Conflit Israelo-PalestinienSalvator, pp. 192

*Danny Trom, La France sans les juifs. Emancipation, extermination, expulsion, Presses Universitaires de France, pp. 155

 

C’est un fait singulier lorsque deux essais traitant du même objet s’opposent en ce que l’un est un symptôme d’une pathologie dont l’autre pose le diagnostic. Dans le rôle de la maladie, la place démesurément importante qu’a pris dans le discours politique et l’espace public Français le conflit-Israélo-Palestinien, que ne nient aucun des deux auteurs et qui constitue, si l’on veut, le plus petit dénominateur commun entre eux. Dans le rôle du symptôme qui se rêve en traitement, l’ouvrage de Pascal Boniface. Dans le rôle du diagnostic, précis et parfois douloureux, celui de Danny Trom. Je tenterai de défendre l’idée que la thèse de Trom, qui permet de rendre compte des faits de façon plus cohérente et théoriquement solide est ainsi intellectuellement préférable à celle de Boniface.

Pascal Boniface est directeur et fondateur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques et enseignant à l’université Paris VIII. « La France Malade du Conflit Israelo-Palestinien » est paru en 2014 dans la maison d’édition catholique Salvator. Un « avertissement de l’auteur » raconte que le livre devait être édité chez Robert Laffont, une maison d’édition plus importante, mais qu’une « censure » et un « acte lâche », auraient empêché son livre de paraître dans cette maison d’édition. Le livre serait un acte de résistance contre la censure sévissant à l’encontre des auteurs critiques d’Israël, dont il serait l’un des plus éminents représentants.

La présomption de bonne foi veut que l’on n’attribue pas à la malignité ce qui peut s’expliquer plus facilement par d’autres facteurs. Ces derniers ne manquent pas. On pourrait ainsi supposer, plutôt qu’une censure pro-israélienne, un refus fondé sur certaines qualités du livre. Par exemple : le ton général de mondanité qui se dégage de l’ouvrage où tout se joue au niveau des personnes, ceux qui trusteraient toutes les places au soleil médiatique et qu’il critique aigrement, les intellectuels juifs « officiels », Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, entre autres, tous amalgamés en défenseurs d’Israël malgré leurs divergences, ceux qui seraient aux machines, la manie du name-dropping et de l’anecdote personnelle censée être significative ou parlante, le nombre trop important de conversations off et autres sources pour le moins surprenantes dans un ouvrage d’universitaire (des conversations Twitter, des nombres d’abonnés apportés comme arguments, des listes de commentaires d’un site marginal d’extrême droite de la communauté francophone JSS News qui n’existe d’ailleurs plus, un peu comme si on citait un site salafiste en le présentant comme représentatif de la communauté musulmane française), des erreurs de noms qui sont plus que des coquilles (le terroriste Baruch Goldstein bizarrement rebaptisé Luc Hosltein, ou encore, sans lien avec l’hébreu, un « Jorg Haiden »). On notera aussi le caractère incongru de voir citer Alain Soral, agitateur antisémite, plusieurs fois condamné en justice pour incitation à la haine raciale, comme un simple « écrivain » et Jacob Cohen, écrivain antisémite et soralien de la première heure, figurer dans la liste des personnes agressées pour leur soutien à la Palestine sous le titre sympathique « d’écrivain de 68 ans, Juif très critique d’Israël ». Sans évidemment souscrire à ces attaques indignes, les indulgences de Boniface font tout de même lever un sourcil.

Le récit qu’il fait de la publication de son livre, qui continue dans un premier chapitre intitulé sobrement : « Pourquoi, après avoir longuement hésité, j’ai décidé d’écrire ce livre ? », sert ainsi pour l’auteur de preuve ou de méta-preuve à la thèse soutenue dans le livre, que l’on peut résumer comme suit :

La France est malade du conflit Israélo-Palestinien et la faute en revient aux instances communautaires juives qui cherchent à avancer un agenda sioniste de droite et exercent pour ce faire un chantage à l’antisémitisme envers les discours propalestiniens, chantage qui aurait pour conséquence de susciter de véritables sentiments antisémites au sein d’une population qui n’est guère dupe de la manœuvre, mais qui serait prête à lutter contre l’antisémitisme pour peu que la demande exagérée de ne pas soutenir Israël inconditionnellement cesse. Par conséquent, ce qui fait véritablement obstacle à la paix sociale en France, c’est le conflit israélo-palestinien en tant qu’il se répercute en soutien inconditionnel des juifs à Israël. Le titre de son deuxième chapitre, qui a pour lui d’être très clair, est en effet « Ne pas faire d’Israël une barrière entre les Français ».

C’est ainsi qu’il écrit : « Une grande partie des Français n’est pas dupe de ce jeu. Et ce qu’elle perçoit de façon souvent exagérée, comme une crainte révérencielle des élus et des responsables communautaires, suscite une certaine aigreur et parfois même des sentiments plus troubles », « Les partisans inconditionnels d’Israël pensent que cette stratégie est payante. Ils parviennent à minimiser au maximum l’expression des jugements négatifs sur le gouvernement israélien. Du moins en public. Car dans les conversations privées la parole est plus libre. Quitte à parfois déraper et à franchir la limite de l’antisémitisme, je le reconnais » ou encore « Ils contribuent à créer une irritation chez de nombreux Français non-juifs, lassés par ce type d’argumentation qui ne trompe plus grand monde ». Ce renversement, qui fait des juifs et de leurs « petits jeux » la cause de l’antisémitisme réel, alors décrit en termes d’exagération, de dérapage, et somme toute de réaction compréhensible, est un pivot argumentatif central du livre.

Pascal Boniface dit avoir souffert des accusations d’antisémitisme et nie l’être, donc acte. Il apparaît néanmoins qu’on puisse dire et même montrer que certains de ses propos sont à même de constituer des blancs-seings à un véritable discours antisémite, tout en étant symptomatique du rapport de la France à ses Juifs tel que Trom le conçoit.

Il y a, au cœur de son texte, un dispositif infalsifiable circonvenant par avance à toute critique. Dire que certains de ses propos sont problématiques, c’est d’emblée se retrouver du côté des maîtres chanteurs à l’interdit de la critique d’Israël, ce qui a le mérite de simplifier singulièrement les choses, peut-être au détriment de la vérité. La critique de la politique d’Israël est un droit évident qu’il faut rappeler mais ce n’est en réalité pas du tout la négation de ce droit qui est en jeu en France, mais bien autre chose, que Danny Trom nomme mieux : l’injonction faite aux juifs de renoncer à l’abri souverain pour achever l’unité du projet européen.

Danny Trom est sociologue et chercheur au Centre Nationale de la Recherche Scientifique et membre d’une équipe de recherche de l’EHESS. « La France Sans Les Juifs : Émancipation, extermination, expulsion », est paru aux Presses Universitaires de France dans la collection Emancipations un an après son plus imposant et théorique « Persévérance du fait juif. Une théorie politique de la survie », Paris, EHESS/Gallimard/Seuil, coll. « Hautes études », 2018, ouvrage de théorie politique qui puise à la philosophie politique moderne tout autant qu’aux sources juives classiques pour énoncer une thèse fondamentale de l’alliance verticale comme politique de la survie du peuple juif, transaction avec les échelons supérieurs du pouvoir qui offraient un statut dérogatoire aux juifs de protection (momentanée et fragile) des couches populaires hostiles. La modernité, avec le principe d’égalité des citoyens qu’elle instituait, signait la fin de la possibilité de ce système de protection, sans pour autant signer la fin de l’hostilité aux juifs. Suite à la destruction des juifs d’Europe, Israël a donc endossé hors-sol le rôle de protecteur des populations juives du mondes, cette fois ci sous souveraineté juive. Israël, loin de n’être que le pays de ses citoyens, aurait vocation à être l’abri, l’assurance-vie, de tous les Juifs du monde.

La thèse de Danny Trom doit beaucoup à celle de Jean-Claude Milner dans Les Penchants Criminels de l’Europe Démocratique, auquel Trom rend d’ailleurs hommage. La thèse est la suivante: l’Europe, fondée sur deux choses, le crime et la défaite, se raconte elle-même comme fondée sur la paix et l’élargissement. Deux gestes la font naître : la confession du crime et le renoncement à la politique westphalienne. « Convertisseur universel d’étrangeté menaçante en altérités enrichissantes. Rien n’est étranger à l’Europe : elle absorbe tout et assume tout dehors comme ce qui est toujours déjà inclus en elle-même. » Or, Israël fait figure de pierre d’achoppement et d’insupportable anachronisme. L’Europe ne pardonne pas aux juifs, cosmopolites avant-gardistes quand tout le monde était nationaliste, de devenir nationalistes une fois que tout le monde (c’est-à-dire l’Europe) est devenu cosmopolite, avec les frontières, l’armée et tout ce qui va avec le lopin de terre à soi. C’est pourquoi il est si important qu’au niveau du signe, Israël soit devenu synonyme d’Etat Criminel. L’insistance pathologique avec laquelle on fait d’Israël le nouvel Etat-Nazi et des juifs les nouveaux kapos ne se comprend que dans cette nécessité d’aplanir le scandale.

La véritable demande n’est guère adressée par les juifs à l’Europe, comme le croit Boniface, elle est adressée aux juifs par l’Europe.

A Israël : Renoncez à la politique et confessez le crime, vous êtes comme nous.

Aux juifs d’Europe : Renoncez à l’abri.

La force de Danny Trom est de comprendre que les excès, fautes ou crimes de la politique israélienne ne sont pas véritablement en jeu dans le débat public français, raison pour laquelle il n’accorde que très peu de place à une analyse de la politique israélienne dans son ouvrage ni à l’histoire des Palestiniens. Ce qui questionne, et qui fait peser le soupçon sur les Juifs de France, est en réalité l’attachement viscéral et incompréhensible de la grande majorité des juifs à l’existence même de l’Etat d’Israël. Pour qualifier le rapport qui existe entre les juifs Citoyens de leur Etat et l’Etat d’Israël, Danny Trom affirme, à raison, que « ce rapport se décrit moins comme une posture affirmée, théoriquement fondée, que comme une expérience, qui plus est que seule la crise contraint d’exprimer. » Cette expérience, révélée selon Trom lors de la guerre des Six-Jours, prit la forme de réactions de peur de la part de juifs a- ou antisionistes, comme Raymond Aron et Hannah Arendt. Ce moment 67, très bien analysé comme un isolat de leurs histoires intellectuelles, dévoilerait la place véritable d’Israël dans la vie des Juifs non citoyens : celle de l’abri «au cas où ».

Le titre de l’essai « La France sans les Juifs », peut quant à lui s’entendre de deux façons. D’une part comme un diagnostic avant l’heure sur ce que pourrait devenir la France vidée de ses juifs communautaires. D’autre part comme une allusion aux propos de l’ex-premier ministre Manuel Valls affirmant que « la France sans les Juifs ne serait plus la France ». Sur le second sens, la question légitime est : Et pourquoi les Juifs seulement ? Cela voudrait-il dire que la France sans les musulmans, ou sans une autre catégorie de population pourrait bien rester la France, voire pire qu’elle serait « encore mieux la France » ? On se souvient avec amertume de la petite phrase choquante de l’homme politique français Patrick Devedjian en pleine conférence de presse : « Les Allemands nous ont pris nos juifs et ils nous rendent des arabes ». C’est un discours qui existe bien, refoulé ou non, à la droite de l’échiquier politique. Non, répond Trom, « Ce n’est pas tant que les Juifs sont « depuis toujours » présents sur le territoire du Royaume de France ; qu’ils font en quelque sorte partie du terroir ; sinon, la formule : « Sans le camembert, la France ne serait plus la France » serait équivalente. Ce n’est même pas que les juifs-français ou Français-juifs ont contribué au rayonnement intellectuel, économique, et artistique de la France dans des proportions qu’il est malvenu de vouloir mesurer en République ; mais bien plutôt que les juifs ont été un opérateur dans le processus d’autodéfinition de la France républicaine depuis la Révolution française. Toute tentative de désolidariser la France de la République a également pris la forme d’une hostilité à l’égard des juifs, comme en témoignent l’affaire Dreyfus puis le régime de Vichy. Les juifs sont donc un opérateur de l’entremêlement de la France et de la République. »

Sur le premier sens du titre : La France est devenue terre d’émigration pour les juifs. Statistiquement encore faible, le phénomène est toutefois inédit et en constante augmentation. Or, ce départ, non seulement n’inquiète guère, mais, et c’est là la dernière phrase terrible de l’essai : « Les juifs partent, mais cela ne se voit pas car cela n’importe pas vraiment. Le départ des juifs clôt discrètement une longue séquence historique, déjà entérinée en Europe. »

Pascal Boniface interprète quant à lui le départ de Juifs comme le fruit d’une propagande et d’une panique morale organisée de loin par Israël, et relayée par les instances communautaires juives alors qu’il suffirait de si peu, pour qu’ils y soient bien.

Il s’est développé en France, dans des territoires géographiques, mais également dans des territoires de la pensée, une culture du ressentiment à l’égard des juifs qui n’a strictement rien à voir avec l’islam, aussi radical puisse-t-il être. Une petite musique odieuse se fait entendre dans le discours politique français, et elle a parfois l’assentiment et le soutien de certains juifs : l’islam serait la source de l’antisémitisme. Trom démonte ce préjugé en décrivant plutôt l’émergence d’une « sous-culture du ressentiment » dans les années 80 parallèlement à la fin de l’hégémonie du Parti Communiste Français, jusqu’alors force structurant la vie sociale et l’horizon intellectuel de libération de la classe ouvrière, en partie immigrée. Ce vide idéologique a permis la prolifération de discours victimaires plus complotistes, faisant des juifs la victime qui se situe tout en haut de l’échelle des victimes puisque son statut de victime ne lui est pas dénié, contrairement aux autres damnés de la terre.

C’est ce terreau du ressentiment qui pousse les juifs à la sortie. De quoi est-il constitué ?

« Pour le cerner de manière imagée, il est constitué de toutes les déclinaisons possibles du slogan « deux poids, deux mesures » … Dans le « deux poids deux mesures » gît cette plainte qui se fait entendre et sentir avec toujours davantage d’insistance et d’agressivité que les populations immigrées n’ont pas ce que les juifs possèdent ; et que si les juifs le possèdent, c’est qu’ils l’ont acquis indûment, au détriment de ceux qui en sont démunis. »

Ce diagnostic peut caractériser adéquatement la déclinaison, sous toutes les formes et sur toutes les gammes, des arguments de Pascal Boniface, qui prennent globalement deux formes. La forme comparative (deux évènements comparés et une différence de traitement affirmée) ou la forme contrefactuelle (« et si c’était des Juifs, la réponse aurait été différente »). Exemple frappant, celui de la liste de actes islamophobes qu’il égrène- et il a raison de le faire- avec le même refrain : les Juifs jouissent d’une protection du pouvoir qui n’est pas accordée aux autres discriminés.

Ce raisonnement qui se fonde sur une intuition éthique basique et universelle qui veut que tout acte équivalent soit jugé selon les mêmes standards, souffre du défaut de la simplification. Les actes islamophobes en France, contre lesquels il faut lutter, ne sont pas, que je sache, le fait de juifs, Boniface le concède lui-même : « Particularité : L’Etat est impliqué dans une large proportion des actes islamophobes avec un fonctionnaire mis en cause dans 39% des cas recensés. ». Or, et depuis que la France a trahi ses juifs à Vichy, les actes antisémites n’impliquent pas en France un antisémitisme d’Etat structurel. Les actes antisémites viennent de la base, pas du haut de la pyramide. S’il y a traitement asymétrique, ce n’est pas aux juifs qu’il faut en attribuer la faute, mais peut-être à un certain discours politique utilisant cyniquement la lutte contre l’antisémitisme comme faux nez de l’islamophobie. On ne niera pas, toutefois, que beaucoup de juifs s’investissent dans ces discours.

Une objection que l’on peut faire à Danny Trom et qu’on retrouve sous la plume de Pascal Boniface tient à l’existence d’intellectuels juifs propalestiniens eux-mêmes cibles d’attaques ou de critiques très dures de la part de la communauté juive.

Une piste de réponse à cette objection se trouve paradoxalement dans le livre de Pascal Boniface lui-même. Plus précisément dans le traitement inégalitaire qu’il réserve à deux phénomènes pourtant comparables.

D’un côté, « les instances communautaires ne défendent les juifs que s’ils sont eux-mêmes défenseurs de la cause d’Israël et de son gouvernement. Si un juif se montre critique à son égard, il lui sera reproché d’être un juif honteux, d’avoir la haine de soi, mais en tous cas il ne sera pas soutenu par les institutions juives officielles »

De l’autre, cinq pages à peine plus loin, quelques pages très dures sur l’Imam Chalghoumi, égérie d’un « Islam de France » très exposé médiatiquement pour ses prises de position contre l’antisémitisme musulman mais manquant singulièrement de charisme et d’épaisseur intellectuelle. Boniface lui nie son titre d’Imam, on se demande en vertu de quelle autorité religieuse, en l’affublant de guillemets. Il lui nie encore mieux son caractère d’individu libre pour en faire une marionnette médiatique à qui le CRIF a réservé « un traitement hollywoodien », une création juive en sorte.  « Il n’est en rien représentatif des musulmans. Ce sont les médias et quelques responsables politiques qui le désignent comme tel. D’où un grand malaise provoquant un rejet, les musulmans refusant de se voir assigner par des non-musulmans un représentant qu’ils n’acceptent pas… Chalghoumi est ce que la sociologie américaine appelle un « native informant », ces figures qui occupent la parole d’une communauté dont ils n’ont pas le soutien mais qui tirent leur légitimité des médias et des milieux politiques dominants »

On se demandera alors, en prenant Pascal Boniface au sérieux, pourquoi il dénie à cet imam la possibilité d’être sincère et indépendant là où il glorifie, et à raison, ces juifs antisionistes qui osent s’affirmer contre la doxa dominante. La défense du groupe pour lui-même et le rejet d’individus issus de l’endogroupe qui servent de caution ou de garantie au discours dominant semble avoir les faveurs de Pascal Boniface quand il s’agit des musulmans, plus du tout quand il s’agit de juifs.  Pour l’auteur, la communauté musulmane aurait raison de lutter et d’attaquer ceux des siens qui auraient une position marginale voire qui justifieraient des positions ayant des conséquences fâcheuses pour le groupe mais pas les juifs dont la norme devrait être l’individu, et non l’assignation identitaire du groupe.

Pour saisir cette différence de traitement, il convient de nommer l’idée qui est présupposée, parfois même posée clairement, dans le livre : les juifs ne sont pas une minorité en France. Ils sont peut-être minoritaires statistiquement mais médiatiquement, financièrement, ils seraient la majorité, voire même les nouveaux dicteurs de pensée dominante. Et de la même façon que la police et les organisations divergent sur les chiffres des manifestants, la communauté juive dans sa majorité ne se vit pas du tout comme dominante, ni ne vit l’espace public et médiatique comme pro-israélien, bien au contraire.

C’est là encore que le livre de Danny Trom sert de boussole pour comprendre celui de Pascal Boniface. L’insupportable dîner du CRIF, où les politiques se succèdent pour rassurer une communauté juive inquiète, dans un faste d’un autre temps, petits cartons et délicatesses, toutes les lettres et demandes de lutter contre l’antisémitisme qui ont parfois dérapé en demande de ne pas inviter untel ou untelle, interdire telle ou telle exposition, conférence, les demandes de protection dérogatoires, qui sont au cœur de la critique de Boniface et en fait la plus grande partie des faits par lui avancés, ne sont pas, comme il le croit, la preuve d’une préférence ou d’un traitement inégal, ni d’une soumission du pouvoir politique aux sionistes,  ils sont des restes archaïques au cœur même du système démocratique moderne de l’Alliance Verticale juive avec le pouvoir, un reste d’Ancien régime qui rassure la République quant à sa puissance, puisqu’on vient lui demander protection.

Ainsi donc, excès des juifs de France. Excès comme exagération, maladresse, inadéquation d’un modèle de rapport avec l’Etat venu de la pré-modernité. Excès également comme ce qui excède, agace, irrite. Et enfin, surtout, excès comme ce qui déborde, exsude et s’exode.

 

 

 

 

 

Share this article

Share this article


Noémie Issan-Benchimol

Noémie Issan-Benchimol is a graduate of the École Normale Supérieure in Philosophy and PhD student in Religious Sciences at EPHE.

Read more
Silence is Golden